> Juillet 2006

<retour

>SUR LA TRACE DE NOS TERROIRS

Fabriquer un tonneau est encore très artisanal. Cela demande beaucoup de soin tant pour avoir un tonneau étanche,que pour avoir un bois de qualité qui se mari avec le vin sans le dominer.

Monsieur Gillet, ci contre en train de monter un fût, travail avec passion, et la relation de confiance entretenue entre la tonnellerie et notre maison nous permet de travailler serainement. Tous les ans, une proportion de 15 à 25% de tonneaux neufs nous permet d'entretenir un parc à fûts sain, sans trop marquer nos vins de l'empreinte aromatique du chêne.

<retour

 

 

 

>LE BOUCHAGE

Pour la troisième année consécutive, nos bouchons subissent, via un cahier des charges signé entre le bouchonnier et nous mêmes, une série de 11 tests.

Ces tests ont pour but d'essayer de quantifier les qualités du liège tant en neutralité de goûts qu'en perméabilité aux gazs.

Pour ce faire, tous les sacs sont ouverts pour prélever des bouchons et les envoyer à un laboratoire spécialisé. Si les analyses ne sont pas correctes, une clause engage le bouchonnier à reprendre tout le lot.

Un bon bouchon naturel en liège reste le gage d'une longue garde pour les vins car le liège a les facultés de résister au temps, résistant aux variations de température et d'humidité et aux chocs. 

Restant un produit naturel au même titre que le raisin, le liège requiert une sélection rigoureuse et contrôlée pour en assurer la qualité. Il n'est de ce fait pas forcément adapté aux vins de masse.

 

<retour

 

>L'EBOURGEONNAGE

Les travaux en vert se sont déroulés à allure correcte car le mois de mai a été relativement frais et humide, donnant une pousse lente de la vigne.

L'ébourgeonnage permet de contrôler le nombre de branches par pied (6 à 8), afin de maîtriser l'aération et le nombre de raisins par pied.

 <retour

>LABOUR AU MOTOCULTEUR!

Pour ne pas être envahis d'herbes dans les vignes, le labour au tracteur-enjambeur, et le piochage manuel sont indispensables. Certaines parcelles ne sont pas accessibles en tracteur; on utilise alors un motoculteur de jardin en passant trois fois par rang: au milieu, à gauche,puis à droite. 

Le travail est fastidieux, mais c'est le prix à payer pour entretenir des vignes sans l'usage du désherbage chimique...

 

<retour

 

>NOUVEL ETIQUETAGE

La législation européenne exige depuis novembre 2005 l'indication de la mention "Contient des sulfites".

Depuis que le vin existe, le soufre a toujours été utilisé dans le vin. Les doses sont très faibles et ajustées au plus près. 

Le soufre permet de protéger le vin d'une oxydation brutale lors de son élaboration; il permet également de contenir les levures et bactéries contenues dans le vin, sans que l'on ait a le stériliser.

Le soufre est NATUREL; c'est un minéral issu de carrières, et qui ne subi pas de transformations. Il est préférable d'utiliser du soufre modérément plutôt qu'un produit de synthèse ou un produit OGM qui eux pourraient être bien plus dangereux et sans recul.

<retour

 

>L'EFFEUILLAGE

Une fois la vigne palissée et rangée, l'effeuillage permet d'enlever des feuilles devant les raisins. Ceux ci seront alors plus aérés et donc moins sensibles à la pourriture.

Cette technique ne s'adresse qu'aux vignes dont le feuillage est très touffu. Une vigne de force modérée est naturellement aérée après l'ébourgeonnage.

<retour