JUIN 2002

 

 

RETOUR

     LA POURRITURE GRISE: BOTRYTIS CINEREA

 

La pourriture grise est une maladie indigène connue depuis l'antiquité. Considérée pendant très longtemps comme une maladie secondaire, elle est actuellement très redoutée du viticulteur car les dégâts qu'elle occasionne ont une grave incidence sur la qualité des vins. Botrytis Cinerea est toujours présent et s'attaque à beaucoup de plantes sous de nombreux climats. Ce champignon est d'ailleurs capable du pire comme du meilleur puisqu'il est l'agent de la pourriture noble, heureux résultat d'un développement tardif dans des conditions particulières (cépage, terroir,...), liées au bon vouloir de la nature. Pour notre part en Bourgogne, nous ne recherchons absolument pas la pourriture, bien qu'elle puisse parfois être positive ponctuellement en blanc.

 

Le champignon parasite pénètre tôt dans la baie par les blessures des pièces florales, probablement avant la fermeture de la grappe, ou se fixe entre les baies. Le parasite va ensuite rester latent en attendant des conditions favorables pour se développer; A partir de début véraison (les grappes commencent à rougir), le champignon peut commencer à exploser si le temps est humide ( humidité > 90%) et les températures > 18 degrés pendant plus de 15 heures. Très souvent le début du foyer commence au milieu de la grappe et peut se manifester progressivement jusqu'à l'extérieur.

Stade Début véraison

 

Les grappes atteintes de pourriture sont irrattrapables, et peuvent anéantir une cuvée car le champignon développe dans le vin une enzyme nommée Laccase qui dégrade beaucoup de ses constituants. La seule alternative est de trier la vendange pour ne pas mettre ces grappes dans la cuve.

 

Les conditions favorables à ces attaques sont: 

- une vigne avec des racines trop peu profondes

- une vigne trop vigoureuse

- des conditions climatiques défavorables au moment de la fermeture de la grappe (juin-juillet)

- les attaques de vers; les vers de la grappe se nourrissent dans les baies créant ainsi des blessures favorables au développement de la pourriture

- une végétation trop touffue et un entassement des raisins créant des zones sombres et humides.

 

   

   Pour  contenir les développements de la pourriture grise, nous utilisons plusieurs méthodes, en travaillant à la parcelle:

- certaines ne nécessitent aucune action particulière

- d'autres subissent un simple effeuillage ( on retire les feuilles sur une hauteur de 25 cm au niveau des raisins du côté du rang qui voit le soleil levant) pour aérer la zone fructifère.

- d'autres subissent un traitement phyto anti-pourriture et un effeuillage.

Enfin, tous les raisins sont triés à leur entrée en cuverie.

 

D'une manière générale, une vigne de vigueur modérée, avec un feuillage aéré et des raisins bien séparés permet de limiter considérablement le développement de la pourriture.

 

   

  

  Le vin du mois: le Bourgogne rouge Pinot Noir 2000 est à notre avis une belle réussite dans un millésime difficile. Rond, finement boisé, gras et assez long en bouche. 

 Appellation générique, cette appellation souffre d'une mauvaise réputation; les liseurs d'étiquettes le nomme basique, petit vin, vin courant, etc. Le vin gagnerait a être apprécié à sa juste valeur plutôt qu'au label de son étiquette.

 

 

 Début de crise 

Il s'est vendu très peu de vin en vrac (du vigneron au négociant) et le peu qui s'est vendu s'est bradé. Le marché semble saturé. Les négoces ont stoppés tous leurs achats ce qui crée un sentiment de panique chez certains vignerons très dépendants de ces ventes. Le millésime 2002 s'approche alors que plusieurs caves sont encore remplies des millésimes 2000 et 2001. Les explications sont nombreuses avec notamment la conccurence des vins étrangers, la qualité hétérogène des 2000, la flambée des prix sur les 1998 et 1999, etc. Une crise identique s'était produite dans les années 1991. Ce phénomène cyclique n'a rien de très sain.

 

  Les gros travaux de la vigne se sont bien déroulés, grâce à une bonne équipe, une bonne ambiance, et ce malgré l'arrêt du désherbage chimique qui nous a poussé à passer beaucoup de temps à labourer et piocher. Les vignes sont actuelllemnt echtinées, relevées, rognées, accollées, et les travaux d'effeuillage et de vendanges vertes ponctuelles du mois de juillet vont pouvoir commencer. Nous avons eu la chance cette année d'avoir eu peu de pluie pour le moment, ce qui facilite les travaux de labour et de traitements. 

  En ce qui concerne les traitements, la pression en maladie est faible et les fréquences de passage ont été rallongées au maximum pour limiter les passages.

Vue sur Chassagne-Montrachet le 23 juin 2002

Au premier plan, la vigne du Pot Bois

 

 

   Les 2001 sont toujours en fûts depuis les vendanges et n'ont pas été soutirés. Les rouges n'en ont pas besoin, et les blancs terminent simplement leurs fermentations malolactiques. Tout se présente bien; les mises en bouteilles vont se dérouler du 20 août au 8 septembre 2002.

 

    Toujours rien ce mois çi!!!

SOMMAIRE