MAI 2002

 

 

RETOUR

  LABOURS ET ENTRETIEN DES SOLS

 

  Voici la deuxième année que nous n'utilisons plus de désherbant chimique: les herbes dans le sol reprennent vie et poussent vite. Tenir des vignes propres sans produits chimiques demande beaucoup de travail. Là où un passage de désherbant chimique par an nécessitait une personne pendant deux jours, nous en sommes aujourd'hui à  3 ou 4  personnes quasiment à plein temps depuis 5 semaines (labours à deux tracteurs; piochages sous le rangs, etc.), avec beaucoup de mauvaises herbes qui subsistent encore dans et sous les rangs.

 

Cette nouvelle stratégie d'entretien des sols nécessite de l'expérience, du monde, et du matériel; Il nous faudra nous y adapter progressivement. 

 

  Nous avons en plus de cela des vignes enherbées, c'est à dire où nous avons semé du gazon (pour retenir la terre en cas d'érosion, et pour faire baisser la vigueur des vignes un peu fortes). Celles çi nécessitent d'être tondues au milieu du rang. En ce qui concerne sous les pieds, nous avons bricolé un système de couteaux montés sur le tracteur pour découper le gazon, et une griffe pour labourer sous les pieds. Ce système permet de garder une bande d'herbe entre les rangs, et de travailler un peu le sol sous le rang. (Brevet Gutrin!)

      

     

Ici, une partie de la vigne des "Caillerets" à Chassagne-Montrachet, avec l'essai de labour sous les pieds pour garder la bande centrale en herbe.

 

   DEGUSTATION D'UNE PARTIE DES ROUGES 2001

       La dégustation s'est déroulée à l'extérieur de la cave pour ne pas être influencés par la cave et son ambiance. Cette première ébauche de dégustation des rouges 2001 encore en fûts a permis de confirmer la bonne structure des vins, assez bien charpentés mais bien équilibrés; ils semblent néanmoins un peu fragiles, et nécessiteront beaucoup d'attention au moment des soutirages et des filtrations. Les nombreux efforts fournis tant en cave qu'à la vigne semblent avoir payés sur ce millésime assez hétérogène, à l'instar du millésime 2000.

 

 

   LE VIN DU MOIS: Chassagne Montrachet 1er cru "Les Caillerets" 1999

 

   Le vin se goûte très bien; riche, gras, avec une belle acidité. On peut commencer de le boire ou attendre jusqu'à 2009-2010. On peut entendre dire que le millésime 1999 est très grand en rouge, mais de faible garde en blanc: cela ne semble pas être notre avis. Si les rouges sont effectivement très bons et encore jeunes, les blancs du coin ont un très beau potentiel.

  

  STADE DE LA VIGNE

  Après un départ rapide de la vigne fin avril et début mai, les températures relativement fraîches courant mai ont considérablement ralenties la pousse. Nous pensons néanmoins être, fin mai, légèrement en avance par rapport à la moyenne décennale. Ces températures fraîches ont notamment permis de réduire les risques de mildiou. Cette maladie de la vigne, assez présente en Bourgogne, se développe avec des températures douces et une bonne pluviométrie. Cette pression faible de mildiou nous a permis de repousser au maximum notre premier traitement.

 

DEBUT DE L'ECHTINAGE

  Pour la première fois depuis longtemps, nous avons débuté l'echtinage fin avril. Afin d'aérer au maximum les pieds, et pour limiter la végétation du pied, nous ne laissons que 6 à 8 branches par cep de vigne. Ce travail sérieux et minutieux se fait en équipe (7-8 personnes); et chaque pied est analysé afin de laisser les meilleures branches en place. Il ne s'agit pas de supprimer des branches au hasard, mais bel et bien de réfléchir sur chaque pied pour lui assurer un bon équilibre et une bonne pérennité.

      Les sorties de grappes ont l'air importantes, mais surtout leur taille semble imposante; il faudra surement être vigilant sur l'équilibre de la vigne pour ne pas risquer d'avoir des problèmes de maturité. Tant que la fleur n'est pas passée, restont vigilant.

 

 

   

Echtinage de la vigne des "Pucelles" à Saint Aubin.

 

  ELEVAGE DES 2001

    Vins rouges et vins blancs ne s'élèvent pas de la même manière. Alors que les rouges ont finis toutes leurs fermentations et nécessiteraient de la fraîcheur, les blanc languissent, et un peu de chaleur aiderait surement au bon déroulement des fermentations. Etant logés dans la même cave, il est difficile de jouer sur les températures. Les réchauffement du printemps ont tendance à réchauffer très lentement la cave, et les fermentations malolactiques des blancs débutent seulement maintenant. Le temps fera le reste.

 

     Rien ce mois çi!!

   

SOMMAIRE